RECENSIONS

N'hésitez pas à nous laisser vos commentaires de lecture et/ou une photographie à l'adresse info@planb-editions.fr

I

Le trio de Belgrade

Le trio de Belgrade

« Peut-on dire d'un roman qu'il est "paradoxal"  ? 

Un trio, donc : à l'arrière-plan, deux géants : Staline et Tito et leur éclatante mésentente et, presque sur le devant de la scène, un poète trublion, officiellement attaché de presse à l'ambassade britannique. D'un côté, la gravité des horreurs perpétrées dans "les camps de rééducation" créés par Tito dans sa chasse aux Staliniens, de l'autre l'ironie mordante d'un écrivain amoureux, Lawrence Durrell, qui refuse de se laisser « dévorer le cerveau » par la diplomatie ou la politique. 

Quant à la forme choisie par l'auteur, elle est le reflet de ce contraste : un empilement de documents souvent glaçants offerts au lecteur sans analyse ni commentaire, réservant la part d'émotion au journal intime d'une jeune professeur de Belgrade arrêtée pour trahison et à la correspondance de l'épouse de Lawrence Durrell déroutée par la conduite fantasque de son mari... 

Une oeuvre originale, restituant un pan très peu exploré de l'histoire de "l’Europe de l'Est". »

 

Béatrice Commengé, autrice d’un livre sur Lawrence Durrell, Une vie de paysages (Verdier, 2016),

dernière publication Alger, rue des Bananiers (Verdier, 2020)

Le trio_edited.png

II

Le trio de Belgrade

Le trio_edited.png

Lawrence George Durrell n’a jamais aimé l’Angleterre. Il y a peu vécu.

 

Né en 1912 au Penjab, dans l’Inde impériale, il y vivra jusqu’à ses onze ans, moment fatidique où ses parents l’envoient en Angleterre, afin de recevoir une éducation britannique digne de ce nom. Sans grand succès. Durrell découvre cependant la poésie et publie son premier recueil à l’âge de 19 ans : Quaint Fragments (1931).

 

Après la mort de son père en 1928, toute la famille rentre en Angleterre, à Bournemouth. Pas pour longtemps.

 

En 1935, Durrell épouse Nancy Myers et part s’installer avec elle, sa mère, ses frères et soeur à Corfou. Il publie son premier roman, Pied Pipers of Law, et commence une correspondance avec Henry Miller dont il dévore les écrits. C’est le début d’une très longue amitié.

 

Ses deux romans suivants sont fortement influencés par Miller : Panic Spring (1937) et The Black Book (1938). Il va d’ailleurs s’installer à Paris dans la villa Seurat chez Henry Miller et Anaïs Nin, où il demeurera jusqu’en 1939, date à laquelle il retourne en . . . Angleterre. Pas pour longtemps.....

 

Nathalie Pageot sur Linkedin

III

Le trio de Belgrade

Le trio_edited.png

Je trouve Le trio de Belgrade très bon. Et il me touche, tu penses bien, de près. Plus que tu ne peux l’imaginer d’ailleurs : ainsi j’y trouve par exemple citation du Populaire. Ce journal a meublé, politiquement, toute mon enfance et, je ne me souviens plus exactement de la date de sa disparition, probablement une partie de mon adolescence : mon père, secrétaire de la section socialiste SFIO de Jurançon 64, y était abonné. Je le lisais, sans doute : ce serait donc lui qui aurait  guidé mes premiers pas en politique !

Le roman, politico-historique, de Marković plonge le lecteur dans un désarroi qui va bien au-delà de l’évènement politique qu’il raconte (la première fracture du “socialisme réel”) . Je trouve que le procédé de narration choisi par l’auteur : un “collage” d’archives classées dans le seul ordre du temps, traduit on ne peut mieux la violence de son propos. Il laisse le lecteur, notamment celui qui a traversé cette époque les yeux ouverts  (je ne dis pas en conscience), en état de sidération. « Ce sont les Hommes qui font l’Histoire », nous dit R. Aron, citant (et tronquant) Marx . Certes ! Puisque là haut il y a le vide. Mais l’Histoire qui advient, réellement, n’est qu’un chaos abominable. Elle n’est pas celle qu’ils croyaient construire, comme l’ajoute Marx. Et, dans cette confusion, ils se trouvent dépouillés des moyens de construire  leur propre histoire. Leur vie y est  broyée dans le sang, la sanie et leurs hurlements de haine, d’angoisse et de douleurs. Tout cela écrit dans le style administratif d’un foisonnement de rapports, de compte-rendus, d’actes civils ou autres,  d’où s’échappent parfois les cris d’une âme en perdition. Stupéfiant, et glaçant,  de réalisme.

Un livre dangereux pour les vétérans...ou les novices ! Pour moi...et ma petite-fille Julia, par exemple.

Jean Péré

IV

Le trio de Belgrade

Le trio_edited.png

Le trio de Belgrade, raconte l’histoire d’amour, dans la Yougoslavie communiste, entre l’écrivain britannique Lawrence Durrel (1912-1990), et la femme d’un haut dirigeant, dans les années 50, en pleine Guerre froide... Quand la femme finit en prison (ainsi que son mari), Durrell tente tout pour la sauver. Au-delà de l’intrigue, Durrell est à lui seul est un personnage : né en Inde, mis en pension à 11 ans en Angleterre, mort en France, poète, romancier, scénariste et agent du M16 à ses heures, quatre fois marié, il a vécu dans sept pays différents. Dans Le Trio de Belgrade, Goran Marković adopte une écriture singulière, succession de lettres intimes, de notes diplomatiques, rapports policiers et messages cryptés. Une bouleversante histoire, au cœur de la tragique Histoire du communisme du XXe siècle.

 

Patrick Meney, journaliste écrivain, Prix Albert Londres 1983, a été correspondant de l’AFP à Moscou au temps du communisme. Dès les années 80, dans ses livres sur l'URSS, La KleptocratieLes mains coupées de la Taïga et Niet!, il a annoncé la chute du régime communiste.